Inscrivez-vous au magazine en ligne gratuit et bénéficiez d'un accès en ligne limité

Inscrivez-vous

8 assemblages de bois expliques

De la construction à la fabrication de meubles, les assemblages traditionnels en bois ont toujours leur utilité. Dans cet épisode, nous examinons quelques-uns des types que vous pouvez fabriquer vous-même en tant que hobbyiste.

Transcription 

Que ce soit de la structure d’un bâtiment à la fabrication de meubles, des assemblages traditionnels en bois s’avèrent toujours nécessaire. Dans cet épisode, examinons quelques techniques à fabriquer vous-même.
Un assemblage en mortaise, avec un renfort d’épaulement. Ce joint vient sur le coin, où le tenon bénéficie d’un épaississement pour se renforcer ; le renfort d’épaulement.
La poutre se coupe sur mesure, et vous indiquez immédiatement la largeur de la poutre que vous souhaitez connecter. Astuce: dessinez une petite ligne, et repassez ensuite à l'équerre. On ne sait jamais que la poutre soit légèrement inclinée, alors que l'équerre sera droite.
On commence toujours par le trou. Indiquez-le. Il sera plus facile d'ajuster le tenon par la suite, que l'inverse. Dans notre cas: 17 mm à partir du bord, puis un trou de 12 mm.
Il y a beaucoup de mesures pour déterminer la rainure. Vous pouvez également opter pour un trusquin: cet outil vous permet de transférer des distances égales à chaque fois. Notre dimension de 17 mm peut se fixer entre un butoir et le clou, après quoi vous graver une ligne de cette dimension dans le bois travaillé. Eloignez le mouvement, jamais vers vous.
Vous devez également indiquer où sera placée le renfort d’épaulement. L'objectif consiste à transférer à chaque fois les parties du bois qui doivent s’enlever. Pour conserver une bonne vue d'ensemble entre toutes ces indications, vous marquez en rouge ce que vous comptez supprimer.
Avec la défonceuse, nous enlevons la partie la plus profonde du tenon, mais pas encore la partie moins profonde du renfort d’épaulement. Avec un butoir ou un gabarit en place, vous disposez d'un guide contre la semelle de la machine, pour permettre à la défonceuse d’être très précise.
Le morceau du renfort d’épaulement peut s’enlever plus rapidement en sciant d'abord les rainures avec une scie à main, puis en ciselant soigneusement l'excédent.
Il est temps de fabriquer le tenon correspondant. Tout d'abord, vous commencez par une ligne d’arasement (CAA). Il s'agit de marquer jusqu’où les parties en bois de la connexion s’assemblent.
Aussi profonde que sera la mortaise, vous réaliserez un tenon à la taille correspondante, mais laissez toujours 2 mm de jeu. De cette façon, il reste de la place pour que le bois puisse travailler et vous évitez que la laison de la mortaise soit trop tendue lors de l'assemblage. Tracez la ligne sur tous les côtés, et marquez la ligne d'extrémité d'une croix, qui indique que vous devez scier tout le long de cette ligne.
Assemblez les montants et les traverses correspondants. Prenez les mêmes mesures que précédemment avec le trusquin et rayez-les. Répétez l'opération de l'autre côté.
Pour marquer l'épaisseur du tenon, vous pouvez simplement superposer les pièces les unes sur les autres ici.
Il existe une autre alternative. Vous pouvez utiliser sur le trusquin deux clous pour ajuster l'épaisseur du tenon, ici 12 mm. Coupez-les à la même hauteur. En limant les pointes, vous obtenez deux pointes de rayure pour marquer le tenon.
Positionnez les poutres ensemble, et indiquez le renfort d’épaulement.
Le tenon ne peut pas se scier juste comme ça. Commencez par scier les côtés gauche et droit, avec la scie à main en oblique. Puis, sciez les deux côtés de biais l'un vers l'autre. Sciez ensuite la dernière partie directement en bas. De cette façon, vous serez plus sûr d'obtenir une coupe droite. Répétez l'opération de l'autre côté du tenon. Sciez le tenon à angle droit par rapport à votre coupe. Pour vous aider, vous pouvez vous aider d'une cale de frappe pour scier bien droit.
Tenez le tenon à côté de la rainure, et marquez l'emplacement du renfort d’épaulement. Tracez cette ligne sur le tenon. Vérifiez la profondeur du renfort. Et transposez-la sur le tenon. Puis scier soigneusement. La rainure est ici arrondie en raison de la tête de fraisage installée. Vous pouvez l'améliorer davantage avec un ciseau à bois. Enfin, vous terminez le tenon avec des bords obliques. De cette façon, la colle trouvera une meilleure prise autour du tenon. Ce qui évitera également que le tenon ne se déchire lorsque vous frappez au marteau à bois pour la fixation.
Une mortaise peut également être ouverte et traversante. Le tenon devient un embout très long, qui se remarque.
La technique reste la même: commencez toujours par faire la rainure. Transposez la largeur de la poutre que vous souhaitez connecter, et définissez la ligne d’arasement. Ici aussi, optez pour le trusquin afin de marquer la rainure.
Sciez la rainure le long des lignes de coupe rayées.
Vous pouvez découper la rainure avec le ciseau à bois, mais ne partez pas de la ligne elle-même. Le ciseau tire légèrement vers l'intérieur et vous aurez mordu votre ligne. Coupez davantage couche par couche, jusqu'à atteindre le milieu. Puis retournez la poutre, et recommencez. Ensuite, vous pouvez couper le dernier reste jusqu'à la ligne d’arasement.
Là encore, il s'agit de tracer la ligne d’arasement, puis vous allez ajouter le tenon. Encore une fois, tracez la ligne sur tous les côtés avec une équerre.
Marquez l'excédent de bois avec une ligne d'extrémité, raccourcissez, et rayez le tenon.
Avec la partie rouge d'un crayon de traçage, vous indiquez ce qui peut partir.
Le tenon peut également se découper à l'aide d'une table de sciage. Ajustez la lame en fonction des lignes rayées dans le bois. Et travailler le bois étape par étape. Répétez l'opération de l'autre côté. Une fois travaillé, avec précision, la connexion s'assemblera joliment.
La mortaise ne doit pas forcément se terminer à un coin, mais peut aussi être le prolongement de la traverse. On obtient une connexion en T, et qui est ici non traversante.
Encore une fois, commencez par la rainure. Rayez les bonnes dimensions, marquez ce que vous souhaitez ôter et fraisez la rainure.
La profondeur de la mortaise sera ici de 35 mm, ce qui ramène la longueur du tenon à 33 mm. Pour garder un peu de jeu.
Marquez la ligne d'extrémité d’une croix, et tracez la ligne le long de tous les côtés de la poutre.
Encore une fois, faites pareil: marquez la position du tenon avec le trusquin, et marquez en rouge ce qui se retire.
Sciez le tenon bien soigneusement. On peut arrondir l’embout. Ce qui lui permettra de mieux s'adapter à la rainure. Et avec ça, vous disposez d’une nouvelle connexion.
Une connexion de coin avec un tenon combine un tenon traversant et un tenon qui se connecte à celui-ci.

Entre les deux tenons, il y a un espace de 2 mm. La connexion nécessaire de cette mortaise a déjà été réalisée, il reste à les connecter.
Le schéma reste le même: travailler au trusquin, puis fraiser l’ouverture.
En arrondissant avec la broche de fraisage, cela permet une insertion plus facile du tenon.
La traverse correspondante s’ajoute. Autour de la poutre, vous copiez la ligne d’arasement. A l'endroit où la connexion ressort, laissez à nouveau un jeu de 2 mm, ce qui aboutit finalement à la ligne d'extrémité. Marquez tous les côtés. Avec la partie hachurée, l’embout nous apparaît de suite plus clairement. Maintenant, il ne vous reste plus qu'à le scier.
En assemblant provisoirement cette connexion, réduisez davantage le tenon. Indiquez les excédants et raccourcissez-les. Coupez encore les bords et il s'adaptera parfaitement.
La connexion de coin peut également se réaliser à l’oblique. La technique reste identiques, seules les dents seront découpées avec un angle.
Dans notre exemple, les fentes sont déjà fraisées et le tenon correspondant déjà fabriquée sur mesure. A l’oeil, vous marquez le tenon à 45 degrés. Il se scie simplement à la main. Répétez cette opération pour l'autre tenon, et la connexion est terminée.
Pour cette variante de l'assemblage en tenon et mortaise, vous créez un tenon ordinaire, en réduisant la largeur du tenon d'un quart.
La technique reste la même que celle démontrée précédemment, mais vous effectuez encore un raccourcisement à l’extrémité. Il ne vous reste plus qu'à terminer le tenon. Si nécessaire, vous pouvez ciseler davantage le long de cet épaulement, si le joint se veut encore trop serré.
Une connexion plus classique, c’est la connexion en bois avec des chevilles, ou goujons. Il est très important qu’ils soient bien droits des deux côtés.

Pour ce faire, nous utilisons un gabarit.
Tout d'abord, il y aura une ligne directrice qui alignera les deux pièces de bois. À côté de cette ligne, indiquez deux autres marques. Ce qui déterminera les positions de 3 chevilles. Les mesures ne sont pas si importante, mais bien le fait que les positions soient transposées de manière égale.
Ajustez le foret à bois dans le gabarit avec du ruban adhésif de façon à ce qu'il sorte juste au-dessus de la moitié du goujon. Placez le gabarit aux positions marquées, et percez. Répétez l'opération à l'extrémité de l'autre poutre. Ensuite, vous pouvez placer les chevilles et les enfoncer plus fermement à l'aide de quelques coups de marteau en bois.
Un assemblage en queue d'aronde présente l'avantage de ne pas pouvoir glisser hors du joint.

Mais attention, pour ce type de joint, vous réalisez d'abord la queue, et ensuite vous adaptez la rainure de la connexion à celle-ci. Si vous avez fait un angle trop large, vous pouvez toujours ajuster l’ouverture en conséquence.
En partant de la ligne d’arasement, nous dessinons ici une queue d'aronde de 30 mm de long. L’inclinaison sera de 10 mm. En reliant les coins, vous créez les angles. L’excédant doit se couper, et les angles ensuite s’adapter.
Pour terminer la traverse, dessinez la ligne directrice au milieu du côté tête, afin de pouvoir tout aligner les uns avec les autres. Tracez les contours, aussi le long du côté adjacent. Maintenant que vous savez quel bois vous pouvez enlever, faites plusieurs coupes les unes à côté des autres. Il est ainsi plus facile de ciseler morceau par morceau. Faites-le avec soin, et découpez aussi plat que possible jusque la fin.
Il s'agissait ici de quelques exemples d'assemblages classiques pour le bois. Dr Matos continue de prêter attention au travail du bois, alors n'oubliez pas de consulter nos autres vidéos sur dobbit.be.

Vous pourrez lire l'intégralité de cet article après vous être enregistré

Répondre

 

Kleurenschema
Aantal tegels per rij
Beeldverhouding
Weergave
Hoeken afronden
0

Bienvenue chez Décoration 

Décoration utilise des cookies pour optimiser et personnaliser votre expérience utilisateur. En utilisant ce site web, vous acceptez La gestion de confidentialité et des cookies.